Courir avec son chien

Courir seul, c’est bien… Mais courir à deux, c’est mieux ! Ainsi, nous sommes nombreux à prendre un chien pour pouvoir courir en bonne compagnie. Mais l’activité physique est tout aussi importante pour votre animal, car elle accroît considérablement son bien-être et sa qualité de vie.

Tous les chiens sont-ils faits pour la course à pied ?

Attendez que votre chien ait atteint sa pleine maturité squelettique et articulaire avant de l’emmener courir. Comptez un an pour les chiens de petit gabarit et au moins 18 mois pour les races plus grandes. L’exercice physique intense peut nuire à un corps en pleine croissance. N’hésitez donc pas à demander conseil à votre vétérinaire en cas de doute.

Votre chien doit être en bonne santé. S’il est en surpoids, il devra maigrir avant de pouvoir vous accompagner lors de vos séances. Mieux vaut alors le promener, en choisissant des terrains variés.

Vous avez un très petit chien ? Sachez qu’il aura peut-être du mal à vous suivre sur de longues distances, car il devra faire beaucoup de pas pour vous rattraper. Mais à vrai dire, cela dépend des cas : ainsi, la taille d’un chien bien entraîné n’aura pas ou peu d’influence sur sa forme et sa condition physique.

Attention, si votre chien souffre de troubles musculaires, articulaires ou squelettiques, consultez toujours un vétérinaire avant de démarrer l’entraînement. Il importe en effet de ne pas aller trop vite avec ces patients. Au moindre doute, faites appel à un vétérinaire ou à un physiothérapeute afin qu’il puisse examiner votre animal. Si votre chien montre des signes de surmenage, interrompez l’entraînement et accordez-lui un peu de repos.

Améliorer la condition physique du chien

L’entraînement doit respecter le rythme du chien, en évitant tout risque de lésion. Si votre chien part de zéro, commencez très lentement ; s’il est déjà en bonne condition, vous pouvez passer à la vitesse supérieure. Adoptez une allure qui permet à votre compagnon de trotter avec vous. Le trot est le « rythme de croisière » du chien et lui permet de parcourir de longues distances en forçant le moins possible. Le galop peut convenir aux distances plus brèves sur un sol mou. Mais si votre chien doit galoper pour pouvoir vous suivre, vous devez ralentir le pas.

L’entraînement par intervalles peut aussi s’avérer une bonne idée. Commencez par vous échauffer quelques minutes avec votre chien et enchaînez sur une brève phase de travail – pas plus de 10 à 15 minutes au début. Par exemple : 1 minute de marche rapide, 1 minute de marche lente, 2 minutes de course à faible allure, 1 minute de course rapide, etc. Au fur et à mesure que la condition de votre chien s’améliore, vous pourrez allonger les phases de course rapide. Arrêtez l’entraînement tant que votre chien y prend encore plaisir. Ne le forcez pas afin d’éviter toute blessure.

Canicross

Dans cette discipline, votre chien court devant vous en portant un harnais. Vous êtes relié à lui par une ligne de trait élastique (2 à 3 mètres), attachée autour de votre taille. Cette ligne sert à amortir les chocs qui peuvent blesser les deux partenaires. Le chien court à un rythme contrôlé, avec une légère traction sur la ligne. Il est également possible de courir avec plusieurs chiens. Discipline très populaire dans le monde entier, le canicross se pratique aussi en compétition.

Quelques conseils

L’importance d’une bonne hydratation

Pensez à prendre de l’eau pour votre chien si vous avez l’intention de courir longtemps. Un chien ne transpire pas par la peau comme nous, mais se rafraîchit en accélérant le rythme de sa respiration.

La chaleur est évacuée par la langue et par quelques glandes sudoripares situées au niveau des coussinets. Si votre chien a chaud, il cherchera aussi une surface fraîche pour se refroidir le ventre. Il importe donc de l’hydrater plusieurs fois en cours de route.

Repas

Ne nourrissez pas votre chien avant de sortir pour une course. Un chien qui fait de l’exercice après un repas risque de graves problèmes de santé, comme une torsion de l’estomac. Mieux vaut donc attendre quelques heures après un repas copieux.

Attention aux coussinets

L’asphalte est dur et abîme les coussinets plantaires du chien ; en été, le bitume peut même devenir bouillant et causer des brûlures. Veillez donc à varier les surfaces lorsque vous courez avec votre chien et, une fois la course terminée, vérifiez l’absence de blessures sur le bout des pattes et les coussinets.

N’oubliez pas la stimulation mentale

Votre chien se défoule et s’amuse pendant l’exercice. Mais sans stimulation mentale, il risque de développer un état de stress et des problèmes comportementaux.